Leïla Mousstamire 

Conceptrice-rédactrice


Qui ne se sert pas de Facebook ? Beaucoup de monde, mais ceux qui le font pourraient avoir besoin de quelques conseils. De plus en plus d'employeurs demandent à voir le profil public de leurs peut-être futurs employés. Comment est-on donc censés agencer cette jolie vitrine de nous-mêmes ? Voici quelques pistes. 


Facebook nous espionne. Espionnons Facebook !

Par Leïla Mousstamire - 24/10/2019

Photo : Couleur - Pixabay

Désolée, je ne sais pas comment surveiller le géant aux grandes oreille... C'était juste pour attirer votre attention. Cependant, il est possible avec quelques astuces simples de retourner cette écoute importune à votre avantage !


Comment Facebook nous surveille-t-il ?

Photo : geralt - Pixabay

D'autres l'ont mieux expliqué que moi, alors je vais tâcher de faire court (cliquez sur la photo ci-dessus pour lire l'excellent article d'Emmanuel Barthe pour précisément.org). Facebook utilise ce que vous postez, suivez, « likez », ainsi que le contenu de vos messages soi-disant privés envoyés via Messenger ou Whatsapp (qui lui appartiennent). Si, si, vos messages privés aussi. Naturellement, l'objectif est de vous proposer du contenu qui vous plaise et des annonces publicitaires susceptibles de vous intéresser. Conséquence : sur votre fil d'actualités, vous ne verrez que des post – sponsorisés ou non – que vous avez (censément) envie de lire. C'est pour ça que, si vous êtes fan de nail art, votre fil est un festival d'ongles soigneusement bariolés.



D'accord, et donc ?

Photo : petra - Pixabay

La mauvaise nouvelle, c'est que si vous avez envie de vous informer sérieusement sur un sujet, vous avez intérêt à chercher ailleurs puisque Facebook ne vous proposera que du contenu qui va dans votre sens, et donc un point de vue complètement biaisé. La bonne nouvelle, c'est que vous avez entre les mains l'outil parfait pour faire une veille sur vos centres d'intérêt sans avoir à lever le petit doigt. Vous serez donc parmi les premiers au courant de la dernière innovation vernis à ongles (à ceux qui s'en fichent : c'est un exemple) ! Alors, comment utiliser ça professionnellement ?


Paramétrer ses options de sécurité

Photo : TheDigitalArtist - Pixabay

Quand vous allez dans vos paramètres, onglet « sécurité », vous avec tout un tas d'options assez précises sur lesquelles vous devriez soigneusement vous pencher. Il s'agit d'éviter que du contenu potentiellement embarrassant soit lié à votre compte avant que vous ne vous en aperceviez. Vous savez, quand vous allez à un dîner bien arrosé et qu'on vous « tague » sur les photos où on vous apparaissez rouge et en sueur, un verre à la main. Si vous n'avez pas pris soin d'empêcher que les photos soient publiées sur votre compte publiquement et sans votre autorisation – grâce à un bon paramétrage, donc – oups, tous ceux qui vous connaissent vous ont potentiellement vu dans cet état.

 


Partager publiquement les bons contenus

Photo : PublicDomainPictures - Pixabay

On a parlé de ce qu'il ne faut pas (laisser) publier, voyons maintenant ce que vous devez montrer. Mettons que vous travailliez dans le domaine de l'esthétique. Votre intérêt pour le nail art est logiquement susceptible d'appuyer vos candidatures. Donc, quand vous voyez passer un post sur le vernis magnétique qui dessine tout seul des formes géométriques quand vous passez un aimant au-dessus de vos ongles (oui, ça existe - cliquez sur la photo ci-dessus si ça vous intrigue !), vous partagez. La dernière création ongulaire d'un influenceur en vogue, vous partagez. Si vous êtes également adepte de death metal et engagé dans la lutte contre la déforestation, c'est pareil, partagez publiquement des contenus pertinents par rapport à ces sujets.


Quel intérêt pour un recruteur ?

Photo : geralt - Pixabay

On nous serine qu'il faut mettre en avant ses activités et intérêts extra-professionnels sur son CV. C'est bien gentil, mais à moins d'être au tout début de sa carrière professionnelle, il n'y a rapidement plus la place. En plus de ça, « nail art, death metal et lutte anti-déforestation », c'est un cocktail qui suscite la curiosité ; mais si, comme beaucoup de gens, vous aimez juste lire, aller au cinéma et sortir avec vos amis, ça fait un peu plat.

C'est là que votre profil Facebook entre en scène ! Si vous avez correctement fait les choses, on doit pouvoir voir sur votre profil uniquement les groupes auxquels vous appartenez, le contenu que vous avez partagé et ce que vous avez publié vous-même. Vous n'avez plus qu'à mettre le lien de votre profil sur votre CV. Le recruteur peut ainsi voir ce que vous avez pensé du dernier film que vous avez vu, que vous êtes allé à tel ou tel salon du livre, etc. Tout d'un coup, vos centres d'intérêt relativement ordinaires renvoient une image flatteuse et unique ! Et sur un CV, ça tient en une ligne...


Photo : GettyImages - publiée sur thewrap.com

Voilà comment votre profil Facebook peut devenir une vitrine professionnelle sans effort et en quelques semaines. Merci, Mark, on a presque envie d'arrêter de se moquer de ton passage épique devant le Sénat américain ! Presque.